– 
English
 – 
en
Spanish
 – 
es
French
 – 
fr

Avec ça tu vas être incroyablement authentique dans ton marketing, fidèle à toi-même sur les réseaux, et attireras une foule de personnes qui adoreront ta personnalité !

création de contenu authentique, réseaux sociaux, communication

Sommaire

Dans cet article de blog, je veux partager avec vous comment, au fil des années, j’ai réussi à me reconnecter de plus en plus avec mon être authentique et à rester fidèle à moi-même dans ma vie et dans mon marketing. 

Nous tombons tous dans le piège de nous conformer à ce que nous voyons sur les réseaux, à agir comme les autres le font, et à différents degrés, nous avons tous peur de raconter nos vraies histoires, celles qui diffèrent de l’apparence parfaite que tout le monde veut donner sur les réseaux. Certains décorent la vérité, d’autres la cachent…

Mais comme on dit dans la Bible, « Que celui qui est sans péché jette la première pierre. » Nous avons tous eu peur de montrer notre véritable être et avons tous essayé de nous conformer à ce que les marketeurs ou les autres coachs font dans l’espoir que cela fonctionne.

Ici, je vais vous expliquer comment vous pouvez faire du marketing en mettant en avant LA VRAIE VOUS, ce qui fera que les gens vont adorer vous écouter, lire votre contenu, se connecter et travailler avec vous. Mais surtout, vous pourrez créer un univers authentique, une sorte de chez-soi chaleureux avec une cheminée, une couverture et une boisson chaude, où vous pourrez vous détendre sur le canapé avec vos personnes préférées.

À la fin, je vous donnerai aussi des questions d’auto-coaching qui transformeront votre expérience dans votre marketing et votre vie !

Commençons par le début…

C’est notre rôle de coach, mais aussi de réfléchir à ce que signifie réellement être authentique. Bien au-delà de la perfection affichée sur nos profils, l’authenticité radicale offre une perspective différente sur le succès apparent, en célébrant notre véritable essence plutôt que notre façade soigneusement construite.

 

1. Le « False Self » :

Donald Winnicott est un philosophe qui a introduit pour la première fois le concept de “false self”, qui désigne un sentiment de soi créé comme une façade défensive.

À l’ère des réseaux sociaux, cette propension à présenter une version idéalisée de notre vie est plus présente que jamais. Pourtant, derrière ces images parfaites, se cachent souvent des réalités bien différentes.

Revenons à nos premiers jours, à l’époque où nous apprenions à mentir dès l’âge de deux ans. On apprend à faire ça comme système de survie très animale et plus on avance avec le temps, plus on comprend que mentir n’est pas la meilleure solution.

Cependant, parfois, mentir, décorer la vérité ou cacher certaines parties du vrai devient pour certaines personnes un mécanisme de survie qu’elles n’arrivent pas à quitter. Pourquoi ?

2. Les deux besoins fondamentaux des êtres humains :

En tant qu’êtres humains, nous portons deux besoins fondamentaux : le besoin d’attachement et le besoin d’authenticité.

Le besoin d’attachement est une composante fondamentale de l’expérience humaine, influençant profondément le développement émotionnel et psychologique dès le début de la vie. Il est particulièrement crucial pendant les premières années de la vie, mais persiste tout au long du parcours humain. Dès la naissance, les nourrissons dépendent de leurs soignants, généralement les parents, pour répondre à leurs besoins fondamentaux tels que la nourriture, le réconfort et la sécurité. L’attachement contribue au développement émotionnel en fournissant un modèle de relations interpersonnelles. Les premières expériences d’attachement façonnent la façon dont les individus perçoivent et réagissent aux relations tout au long de leur vie.

Un manque d’attachement ou des expériences d’attachement négatives peuvent entraîner des problèmes de santé mentale, des difficultés relationnelles et des schémas comportementaux dysfonctionnels. Par exemple, la recherche de dopamine pour combler ce manque d’endorphine et d’ocytocine qu’un attachement sain produit, entraînant des comportements addictifs. L’addiction est la recherche d’un soulagement procuré par un élément extérieur, suivie par un manque et une urgence de consommer et la difficulté de se retenir de répéter ce comportement et de consommer cet élément. Voilà pourquoi de nombreuses personnes sont addictes au porno, à la nourriture, aux jeux vidéo, aux réseaux sociaux, etc.

L’autre besoin fondamental des êtres humains est l’authenticité.

Ce besoin se manifeste par la quête de vérité, de transparence et de la capacité de se montrer tel que l’on est, sans artifice ni masque.

Au cœur de ce besoin réside la capacité de reconnaître et d’exprimer nos émotions de manière sincère. L’authenticité nous invite à plonger dans la profondeur de notre être, à explorer les recoins parfois complexes de nos sentiments et à les partager avec le monde sans peur du jugement.

Lorsque nous choisissons d’être authentiques, nous embrassons notre véritable nature, dévoilant nos pensées, nos aspirations, et parfois même nos vulnérabilités.

C’est un acte de courage, car cela implique de sortir de notre zone de confort, de laisser tomber les masques que nous avons peut-être portés pendant des années par crainte d’être incompris ou rejetés.

Mais qu’est-ce que se passe lorsque notre authenticité menace notre besoin d’attachement ?

 

3. Etre moi ou être aimé ?

À l’âge de deux ans, imagine-toi en train de t’énerver parce que tu voulais cette poupée, et ta mère, dans ce moment, est devenue agressive. Pourquoi ? Parce que dans son enfance, elle n’a pas eu l’exemple de parents émotionnellement intelligents. Elle t’a dit que les enfants en colère ne sont pas de bons enfants.

Cependant, ce que ton cerveau d’enfant de deux ans a enregistré, c’est que être toi-même, exprimer ta colère, signifie ne pas être aimé. C’est à ce moment-là que tu as appris à réprimer ton être véritable, ton instinct, ton intuition, afin d’être accepté et aimé par les autres, à la recherche d’un attachement sécurisant.

Voilà ce qui s’est inscrit dans ta vie et, par extension, dans ton approche du marketing et ta présence dans les réseaux sociaux aussi.

Tu as assimilé que ton faux moi peut te protéger du jugement, de la critique et de l’agression, des expériences que tu as vécues dès ton plus jeune âge. Tu espères ainsi recevoir l’endorphine dont tu as besoin.

 

4. L’authenticité radicale ! 

Mais quelle est l’antidote à ce faux self ? L’authenticité radicale ! Se réapproprier et se reconnecter avec son véritable soi derrière le masque. Car la vérité est que c’est lorsque l’on retire le masque que l’on a réellement plus de chances d’éprouver une connexion avec les autres, aussi bien dans notre vie quotidienne que dans notre approche marketing.
 
Les gens se reconnaissent en nous, se sentent moins seuls face à leurs problèmes et se reconnaissent dans nos expériences. L’authenticité radicale nécessite une guérison profonde, même si je n’aime pas utiliser ce terme. Elle consiste à reconnaître les masques que nous avons utilisés jusqu’à présent, à les faire tomber et à redécouvrir qui nous sommes vraiment : le ciel derrière la météo. Cela exige du courage, la volonté de prendre des risques et le courage de faire des expérimentations.
 
C’est exactement ce que je vous propose de faire ensemble dans mon programme Soulful Business School, avec autant de défis où je vous donne toutes les techniques pour écrire un contenu important et authentique, car vous saurez reconnaître quand c’est cette partie de vous qui parle !
 

 

 

femme réseaux sociaux création de contenu

 

Comment le mettre en pratique dans ton marketing ? (Et dans ta vie !)

Règle d’or numéro 1 : N’hésitez pas à partager ces aspects que vous auriez tendance à dissimuler, à embellir un peu, ou à modifier dans la façon dont vous les racontez. Soyez francs. Dites-les tels qu’ils sont !

Lorsque vous rédigez, posez-vous ces questions : Est-ce que je partage cela dans l’espoir d’obtenir plus de likes, de commentaires, simplement parce que les experts du marketing le recommandent, ou est-ce que je le partage réellement parce que je veux le dire, pour l’action en elle-même et non pour l’objectif ? Parce que ça me fait vibrer ?

Utilisez vos émotions comme boussole : lorsque vous ressentez de l’expansion, de la légèreté, de la joie, lorsque c’est fluide et sans effort, c’est votre véritable être qui s’exprime.

En revanche, lorsque cela vient avec urgence, contrainte, restriction, effort, il se peut que ce soit votre faux moi qui parle.

Une autre question à vous poser lors que vous rédigez votre contenu marketing et vos communications (mais aussi dans la vie et dans les conversations avec les autres) est la suivante : Suis-je totalement honnête ici ? Suis-je en train de modifier un peu, cacher ou embellir la vérité ?

Si j’étais encore plus honnête, je le dirais comment ? Puis cliquez sur envoyer ! Oui, ça va faire peur MAIS AUSSI ça va faire TEEEELLLEEEMENT DE BIEN d’avoir honoré votre humanité, votre vérité, votre intuition, votre authenticité ! Faites des exercices pour rassurer votre système nerveux (je vous en donne dans mon école) et profitez d’une autre journée où vous vous êtes choisi !

Laissez-moi un commentaire pour me dire si cet article vous a été utile.

À très vite, Claudia.

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je suis

Claudia Anatella

Je suis ici pour vous dire que oui vous pouvez tout avoir.
On nous dit depuis toujours qu’il faut se contenter.

Suivez-moi

sur les réseaux sociaux

Posts récents

Cadeaux

Pour toi